Alors un des juges de la cité s’avança et dit, parlez-nous de crime et de châtiment.

Et il répondit, disant :

C’est lorsque votre esprit erre sur le vent,

Que par votre seule imprudence, vous causez préjudice à d’autres et donc à vous-mêmes.

Et pour ce préjudice vous devez frapper à la porte des élus et attendre dans le dédain.

Et de l’homme en vous je voudrais parler maintenant.

Souvent je vous ai entendu parler de celui qui commet une mauvaise action comme s’il n’était pas l’un des vôtres, mais un étranger parmi vous et un intrus dans votre monde.

Si l’un d’entre vous met en jugement l’épouse infidèle,

Qu’il pèse aussi le cœur de son mari, et mesure son âme avec soin.

Et que celui qui veut cingler l’offenseur regarde l’âme de l’offensé.

Et si l’un d’entre vous punit au nom de la droiture et plante la hache dans l’arbre du mal, qu’il en considère aussi les racines ;

Et vous, juges qui voulez être justes,

Quel jugement prononcerez-vous contre celui qui bien que honnête en la chair est voleur en esprit ?

Quelle sanction déciderez-vous contre celui qui tue la chair alors qu’il est lui- même tué dans l’esprit ?

Et comment poursuivez-vous celui qui dans ses actes est de mauvaise foi et oppresseur,

Mais est, lui aussi, lésé et outragé ?

Et vous qui voulez comprendre la justice, comment le pourrez-vous, à moins de regarder toutes choses dans l’éclat de la lumière ?

Alors seulement vous saurez que le juste et le déchu ne sont qu’un seul homme debout dans le crépuscule entre la nuit de son moi-pygmée et le jour de son moi-divin,

Et que la pierre angulaire du temple n’est pas supérieure à la pierre la plus basse de ses fondations.

Khalil Gibran « Le Prophète »

Ces paroles sont celles d’un homme que j’admire profondément, homme sage et juste né au Liban en 1883 dans une très ancienne famille chrétienne.

Son grand-père maternel était prêtre du rite maronite.

En 1897 il fait ses études au Liban à l’école de la Sagesse. C’est à cette époque que son livre « Les esprits rebelles » fut brûlé sur la place publique de Beyrouth, par ord

Publié dans : Non classé |le 8 février, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

La vie autrement |
THIESOCEAN |
Mon monde, mes idées |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LAVERIE DIJON 115 BIS AVENU...
| bloG-NotE
| 2fon